• Visites

Les coutumes savoyardes

Longtemps considérés comme désuets, les coutumes et l’art traditionnel reviennent sur le devant de la scène et se dévoilent au détour d’un atelier ou lors des nombreuses fêtes de villages. 

Costumes traditionnels savoyards

LE COSTUME

Le costume savoyard se compose pour la femme d'une robe en drap de laine, d'une chemise, d'un châle, d'un bonnet et d'un tablier. Le costume masculin est beaucoup plus simple : un pantalon, une blouse, une veste en drap de laine et un chapeau en feutre noir.

Chaque village cherchait à se distinguer par sa coiffe, ses broderies …

Chaque territoire de Savoie et de Haute-Savoie a donc son costume : les Arves, le Val d'Arly, la Tarentaise, le Chablais, les Bauges, la Maurienne … 

Groupe folklorique au retour des alpages à Annecy

LE FOLKLORE 

De nombreuses fêtes traditionnelles permettent de découvrir le folklore savoyard. Au cours de celles-ci les danses traditionnelles comme les rondes, les quadrilles, les rigaudons, les scottisch, les polkas et les montfarines entrainent les danseurs au rythme de la musique. Lors des fêtes de village, la bessanaise, les Allobroges et le compagnon savoyard racontent en chansons l’histoire des Savoie. 

Coupe de bois

L'UTILISATION DU BOIS 

Le bois était utilisé autrefois pour la construction de chalets, l'ameublement, l'art religieux, les outils de tous les jours. Chaque famille avait son « emblème » : cœur, rosace, trèfle, croix… gravé sur les ouvrages. Le pin cembro était utilisé pour la fabrication des retables, le mélèze pour les toitures des chalets, et le sapin et le pin pour la menuiserie. Aujourd'hui l'artisanat fait revivre ces traditions avec les colombes du colporteur à la Chapelle d'Abondance, les boîtes et coffres sculptés… 

LA FAÏENCE ET LA TERRE VERNISSÉE 

Aux 18e et 19e siècles, de nombreux ateliers fabriquaient de la faïence pour les souverains de Savoie et la bourgeoisie. Sur la même période des centres de poterie dite « commune » se sont développé dans le Chablais, le Genevois et le Faucigny. L’argile séchée au soleil, produisait des faïences jaunes, rouges, noires et vertes, essentiellement destinées à un usage domestique : cruches, pichets, assiettes... Aujourd'hui, quelques ateliers perpétuent la tradition. 

LE PATOIS 

Le savoyard est une langue dérivée du franco-provençal et comporte des variantes suivant les territoires. Une particularité de ce patois ? Le « z » à la fin d’un nom, utilisé pour indiquer que la voyelle qui précède est muette comme dans La Clusaz. 

Croix de Savoie

LA CROIX DE SAVOIE 

Ce bijou apparu à la fin du 18e siècle était offert par le fiancé à sa promise avant le mariage. En or ou en argent, leur taille et leur forme variait beaucoup selon les vallées, mais la croix était souvent alliée au cœur. La fabrication de ce bijou qui requiert un grand savoir-faire est encore réalisée par quelques artisans. 

Vannerie

LA VANNERIE 

La vannerie a pendant très longtemps trouvé son utilité dans les campagnes. Cet art est encore très présent en Savoie Mont Blanc. On l'utilise pour les benons ou banons en paille de seigle, les benettes ou casse-cou en osier, les paniers à pomme de terre en osier ou ouable (clématite sauvage) et le rempaillage des chaises avec la blache des marais. 

Couteau Opinel

OPINEL 

En 1890, Joseph Opinel, se lance dans la fabrication de couteaux de poche. Vingt ans plus tard, il dépose sa première marque de coutellerie et choisit pour emblème la Main Couronnée. Cette main, dite main bénissante, figure dans les armoiries de Saint-Jean-de-Maurienne. La couronne, elle, rappelle que la Savoie était un duché. Face au succès de l’Opinel, une nouvelle usine voit le jour en 1916 près de Chambéry. Depuis la notoriété de l’Opinel n’a cessé de s’accroître. 

    1 3